Symbolbild Symbolbild  
cmft - Centre Méthodiste de Formation Théologique
 
Accueil
Informations générales
Offre de formation
Publications du CMFT
Documents méthodistes
J. et Ch. Wesley - sources
John Wesley - sermons
Bibliographie méthodiste
Accès à la bibliothèque
Contact - Liens
 

Le chrétien dans le désert

Tous droits réservés.
Edition numérique © Yves Petrakian, Juillet 2003




« Vous êtes maintenant dans la tristesse; mais je vous verrai de nouveau, et votre coeur se réjouira, et personne ne vous ravira votre joie. » (Jea 16:22)




Quand Dieu eut accordé au peuple d'Israël une grande délivrance en le tirant de la maison de servitude, ce peuple n'entra pas immédiatement dans le pays que l'Éternel avait promis à ses pères. Les Israélites errèrent dans le désert (Ex 13:18), et y furent tentés et affligés de diverses manières. Ainsi, lorsque le Seigneur a délivré ceux qui le craignent de l'esclavage du péché et de Satan, «et qu'ils sont justifiés gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est en Jésus-Christ (Ro 3:23),» peu d'entre eux cependant entrent aussitôt dans ce repos qui «reste pour le peuple de Dieu (Heb 4:9).» La plupart errent, plus ou moins, hors du bon chemin où l'Eternel les avait introduits. Ils passent, pour ainsi dire, «par un pays désert et par un lieu hideux, où l'on n'entend que hurlements de désolation» et là ils sont tentés et tourmenté de diverses manières. C'est cet état que quelques personnes ont appelé, par allusion à l'histoire des Israélites, le désert. Il est bien certain que les âmes qui sont dans cet état ont droit à nos plus vives sympathies. Elles souffrent d'un mal funeste et cruel, mais qui n'est pas généralement compris, ce qui fait, qu'elles ont encore plus de peine à en trouver le remède. Etant elles-mêmes comme dans des ténèbres, on ne peut guère s'attendre à ce qu'elles comprennent la maladie dont elles sont atteintes. Et bien peu de leurs frères, peut-être même de leurs conducteurs, connaissent la nature de ce mal ou le moyen de le guérir. Raison de plus pour que nous examinions : D'abord, quelle est la nature de ce mal ; en second lieu, quelle en est la cause ; en troisième lieu , quel en est le remède.

I

Tout d'abord, quelle est la nature de cette maladie qui attaque tant d'âmes après qu'elles ont cru ? En quoi consiste-t-elle réellement, et quels en sont les vrais symptômes? Ce mal consiste principalement en ce que ces personnes ont perdu la foi que Dieu avait produite dans leur coeur. Ceux qui sont dans le désert n'ont plus en eux comme auparavant cette démonstration divine, cette conviction satisfaisante des choses qu'on ne voit point (Heb 11:1). Ils n'ont plus cette manifestation intérieure de l'Esprit qui les rendait tous capables de dire :

«Si je vis encore dans ce corps mortel, je vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et qui s'est donné pour moi (Gal 2:20).» La lumière d'en haut ne vient plus «briller dans leurs coeurs (2Co 4:6) ;» ils ne «voient: plus celui qui est invisible (Heb 11:27);» les ténèbres s'étendent de nouveau sur la face de. leur âme, et l'aveuglement sur les yeux de leur esprit. Le Saint-Esprit ne vient plus «rendre témoignage à leur esprit qu'ils sont enfants de Dieu (Ro 8:16);» il n'est plus pour eux cet «Esprit d'adoption par lequel ils criaient (intérieurement) : Abba, Père (Ro 8:15)» Ils ne possèdent plus une ferme confiance en son amour, et la liberté de s'approcher de lui avec une sainte hardiesse. Leur coeur ne dit plus : «Voilà, quand il me tuerait, je ne laisserais pas d'espérer en lui (Job 13:15) ;» ils sont privés de leur force; ils sont devenus faibles et timides comme les autres hommes (Allusion à Samson Jug 16:17).

De cette perte de la foi provient ensuite la perte de l'amour qui doit nécessairement croître ou diminuer en même temps que la foi véritable et vivante, et dans les mêmes proportions. Aussi , tous ceux chez qui la foi disparaît, voient aussi disparaître leur amour pour Dieu. Alors ils ne peuvent plus dire :«Seigneur; tu connais toutes choses ; tu sais que je t'aime (Jea 21:17).» Ils ne trouvent plus en Dieu cette félicité dont jouit celui qui l'aime. Ils ne prennent point leur plaisir en lui comme autrefois, et ne sentent point «l'odeur de son parfum (Jea 12:3).» Naguère, «c'était, vers son nom et vers son souvenir que tendait le désir de leur âme (Esa 26:8) ;» mais aujourd'hui leurs désirs sont refroidis et amortis, sinon tout à fait éteints. Leur amour pour Dieu s'étant attiédi, leur amour pour le prochain à eu le même sort. On ne trouve plus chez eux ce zèle pour les âmes, qui faisait qu'ils désiraient ardemment les voir sauvées, ni ce besoin vif, pressant et, agissant de les amener à se réconcilier avec Dieu. Ils ne sentent plus en eux ces «entrailles de miséricorde» (Col 3:12) pour les brebis perdues, cette tendre «compassion pour ceux qui pèchent par ignorance et par erreur (Heb 5:2).» Autrefois, ils «témoignaient une parfaite douceur envers tous les hommes (Tit 3:2);» ils instruisaient avec bonté ceux qui étaient opposés à la vérité et «si quelqu'un venait à tomber dans quelque faute, ils le redressaient avec un esprit de douceur (Gal 6:1)» Mais, après un intervalle qui a duré peut-être bien des jours, la colère commence à reprendre son empire; la mauvaise humeur et l'impatience les attaquent vigoureusement pour les faire tomber; et c'est beaucoup s'ils n'en viennent pas à «rendre mal pour mal et injure pour injure (1Pi 3:9).»

Par suite de cette perte de la foi et de l'amour, il y a aussi une troisième perte : celle de la joie inspirée par le Saint-Esprit. Car si nous n'avons plus le sentiment, de notre pardon, avec l'amour qui en résulte, nous ne saurions conserver la joie qui en résulte aussi. Si l'Esprit ne témoigne pas à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu, c'en est fait de la joie que nous procurait ce témoignage intime. De même, chez ceux qui «se réjouissaient d'une joie ineffable (1Pi 1:8),» «dans l'espérance de la gloire de Dieu (Ro 5:2),» une fois que cesse cette espérance pleine d'immortalité, il y a privation de la joie qui s'y attachait, comme aussi de la joie que leur donnait la possession de «l'amour de Dieu répandu dans le coeur (Ro 5:5).» La cause n'existant plus, l'effet ne se produit pas; la source étant fermée, les eaux vives n'en jaillissent plus pour rafraîchir l'âme.

A ces pertes de la foi, de l'amour, de la joie, vient s'en ajouter une quatrième, celle de la paix qui surpasse toute intelligence. Ce doux calme de l'esprit, cette sérénité de l'âme ont disparu. Les doutes pénibles reviennent : nous nous demandons si jamais nous avons cru, peut-être même si jamais nous aurons la foi. Nous nous mettons à douter d'avoir éprouvé dans nos coeurs le témoignage réel du Saint-Esprit ; il nous semble que, nous nous sommes fait illusion, et que nous avons pris la voix de la nature pour celle de Dieu, et nous allons craindre de ne plus entendre la voix du Seigneur, de ne plus trouver grâce devant lui. Ces doutes font renaître en nous la crainte servile, la crainte qui est accompagnée de peine. Nous craignons la colère de Dieu, tout comme avant d'avoir cru; nous craignons d'être rejetés loin de sa présence; aussi retombons-nous dans cette crainte de la mort dont nous avions été entièrement affranchis.

Ce n'est pas tout ; car la privation de paix amène une privation de force. Nous savons que quiconque possède la paix avec Dieu par Jésus-Christ, possède la force de vaincre tout péché. Mais dès qu'on perd la paix du Seigneur, on perd aussi cet ascendant sur le péché. Tant qu'il y eut paix, il y eut aussi force, même vis-à-vis du péché qui nous enveloppe aisément; que ce soit d'ailleurs un péché qui résulte de notre naturel, de notre tempérament, de notre éducation ou de notre position on avait même l'ascendant sur des dispositions coupables et des désirs mauvais, que l'on n'avait pu vaincre avant cela. Alors le péché ne dominait pas sur l'âme ; mais maintenant, c'est l'âme qui ne domine pas sur le péché. Le chrétien lutte bien encore ; mais il ne peut vaincre ; la couronne est tombée de son front. Ses ennemis triomphent de nouveau de lui, et plus ou moins ils le réduisent en esclavage. «La gloire est transportée» (1Sa 3:21) loin de lui ; le royaume de Dieu n'est plus dans son coeur. Il est dépouillé de sa justice, comme de sa paix et, de sa joie venant du Saint Esprit.

II

Telle est la nature de cet état d'âme que l'on a appelé assez justement le désert. Mais on s'en rendra compte mieux encore en examinant, en second lieu quelles en sont les causes. Il y en a de diverses espèces. Je n'ose pas mettre parmi ces causes une volonté de Dieu purement souveraine et arbitraire. Non ! Dieu «veut la paix de son serviteur (Ps 35:27)» et «ce n'est pas volontiers qu'il afflige et qu'il contriste les fils des hommes (Lam 3:33).» Sa volonté invariable, c'est notre sanctification, ayant pour conséquences «la paix et la joie par le Saint-Esprit (Ro 14:17).» Ce sont là ses dons généreux, et il nous est déclaré que «les dons de Dieu sont irrévocables (Ro 11:29) Il ne se repent jamais de nous les avoir accordés ; il n'a jamais la pensée de nous les reprendre. Ce n'est donc jamais lui qui nous déserte, comme disent quelques-uns : c'est toujours nous qui le désertons (Allusion au titre même de ce discours).

La cause la plus ordinaire de ces ténèbres intérieures, c'est le péché sous une forme ou sous une autre. C'est généralement lui qui amène ce qui souvent ressemble à une complication de péché et de misère. Ce peut être, d'abord, une faute commise : cela suffit fréquemment pour plonger aussitôt l'âme dans l'obscurité, surtout si ce péché a été commis en connaissance de cause, volontairement, «par fierté (Ps 19:14).» Si, par exemple, une personne qui «marche à la clarté de la face de Dieu (Ps 59:16),» se laissait aller à commettre un seul acte d'intempérance ou d'impureté, il ne serait pas étonnant qu'elle se trouvât instantanément plongée dans de profondes ténèbres. Il y a eu, sans doute, quelques cas, d'ailleurs bien rares, dans lesquels le Seigneur n'a pas permis que cela arrivât et l'a empêché en déployant, presque au même instant, sa miséricorde et son pardon d'une façon tout à fait extraordinaire. Mais, en général, un tel abus de la bonté de Dieu, une insulte aussi faite à son amour, amènent aussitôt un sentiment de séparation d'avec Dieu et «des ténèbres qu'on pourrait toucher avec la main (Ex 10:21.).»

Il faut espérer que ce cas-là ne se présente pas souvent, et qu'il n'y a pas beaucoup d'hommes qui méprisent tellement les richesses de la bonté de Dieu, que de se révolter contre lui sans transition et sans ménagements, au moment, même où ils marchent dans sa clarté. Cette clarté, on la perd bien plus fréquemment par le moyen des péchés d'omission. Ceux-ci, à la vérité, n'éteignent pas l'Esprit immédiatement, mais ils le font par degrés et lentement. Les autres, c'est comme de l'eau qu'on jette sur le feu ; ceux-ci, c'est comme si on refusait au feu l'aliment combustible. L'Esprit d'amour nous reprend pour nos négligences, et il le fait bien des fois avant de nous abandonner à nous-mêmes. Que d'avertissements intérieurs, que d'appels secrets il nous adresse avant de nous retirer les bienfaits de son action sur nous ! Il faut donc toute une suite de péchés d'omission dans lesquels on persévère volontairement , pour attirer sur l'âme ces ténèbres épaisses.

Aucun, peut-être, de ces péchés d'omission n'aboutit plus fréquemment à ce triste état, que la négligence du devoir de la prière en secret, négligence qui ne peut, être compensée par l'assiduité à d'autres moyens de grâce. Il est plus que certain que la vie de Dieu ne peut subsister, encore moins grandir, dans notre âme, si nous ne recherchons pas les occasions de nous mettre en communion avec Dieu et de répandre notre coeur en sa présence. Si donc nous négligeons cela et si nous laissons les affaires, la société ou d'autres occupations prendre la place de ces exercices spirituels du cabinet, ou bien nous porter à expédier ces devoirs religieux le plus lestement possible et sans réfléchir à rien, ce qui a le même effet que si on les supprimait, oh ! alors, la vie de Dieu doit nécessairement baisser dans l'âme. Et si ces négligences se répètent et se prolongent, cette vie s'éteindra graduellement.

Un autre péché d'omission qui souvent amène l'âme , du croyant à cet état d'obscurité, c'est la négligence du devoir qui, sous la dispensation judaïque, avait été enjoint de cette façon si formelle «Tu ne haïras point ton frère dans ton coeur. Tu reprendras avec soin ton prochain, et tu ne souffriras point de péché en lui (Lev 19:17).» Car, si nous haïssons notre frère dans notre coeur, et si, quand nous lui voyons commettre une faute, nous ne le reprenons pas, mais souffrons le péché en lui, cette conduite attirera bientôt la maigreur sur notre propre âme, attendu que par là nous participerons à son péché , En négligeant de reprendre notre prochain, nous prenons sa faute à notre compte, et nous aurons à en répondre devant Dieu. Nous l'avons vu en danger et nous ne l'avons pas averti; s'il vient à «mourir dans son iniquité,» Dieu pourra justement «redemander son sang de notre main (Eze 3:18).» Est-il donc surprenant que, si nous attristons ainsi son Esprit, nous soyons privés de la clarté de sa face?

Une troisième cause peut nous en priver. C'est quand nous cédons à quelque péché intérieur. Par exemple, nous savons que «quiconque est hautain de coeur est en abomination devant l' Eternel (Pro 16:5) ,» lors même que cet orgueil ne se montrerait pas dans sa conduite extérieure. Mais combien il est facile, pour une âme qui était pleine de paix et de joie, de tomber dans ce piège du diable! Comme il est naturel de se croire plus de grâce, plus de sagesse ou plus de force qu'on n'en a, et d'avoir ainsi «de soi-même une plus haute opinion qu'on ne doit! (Ro 12:3)» Comme il est naturel de «se glorifier de quelque chose qu'on a reçu, comme si l'on ne l'avait. pas reçu! (1Co 4:7)» Mais puisque, de tout temps, «Dieu résiste aux orgueilleux, et fait grâce aux humbles (Jas 4:6)» seulement, une pareille attitude ne peut manquer d'obscurcir, sinon d'éteindre, la, clarté qui brillait dans l'âme.

Les mêmes effets pourront se produire si l'on cède à la colère, même lorsqu'on y est provoqué par certaines circonstances. même quand cette colère peut se couvrir du nom de zèle pour la vérité ou pour la gloire de Dieu. C'est qu'en réalité tout zèle qui n'est pas allumé par la flamme de l'amour, est «terrestre, animal et diabolique (Jas 3:15).» C'est la flamme de la colère: c'est pure colère, colère coupable ni plus ni moins. Et rien n'est plus contraire à l'amour divin si doux, si bienveillant! Ces deux sentiments ne peuvent exister en même temps dans un coeur; cela ne s'est jamais vu. A mesure que la colère domine quelqu'un, l'amour et la joie du Saint-Esprit diminuent proportionnellement chez lui. Cela se voit surtout là où il y a brouille, je veux dire lorsque nous sommes irrités contre quelqu'un de nos frères, de ceux qui tiennent à nous par des liens sociaux ou par des attaches religieuses. Si nous cédons à cet esprit de brouille, ne fût-ce que pendant une heure, nous perdrons la douce communion du Saint-Esprit; et ainsi, au lieu d'améliorer les autres, nous nous nuirons à nous-mêmest nous serons la proie du premier qui nous attaquera.

Mais si nous nous tenons en garde contre ce piège du diable, il se peut qu'il nous attaque d'un autre côté. Quand la violence et la colère sommeillent et que l'amour seul veille dans l'âme, elle peut se trouver en aussi grand danger par la passion qui, elle aussi, tend à nous plonger dans les ténèbres. C' est là, en effet, «la conséquence infaillible de tout désir insensé, de toute affection folle on déréglée. Si nous nous affectionnons aux choses de la terre, à qui que ce soit ou à quoi qui-ce soit d'ici-bas; si nous désirons quelque autre chose que Dieu et que ce qui nous ramène à Dieu ; si nous cherchons le bonheur dans une créature, Dieu qui est jaloux contestera certainement avec nous, car il ne souffre point de rival. Et si nous ne voulons pas écouter sa voix qui nous avertit, ett revenir à lui de tout notre coeur, si nous continuons à l'affliger par nos idoles et à courir après les dieux étrangers, nous serons bientôt dans un état de froideur, d'aridité et de sécheresse ; le dieu de ce monde aveuglera notre coeur et l'obscurcira.

Il réussit d'ailleurs souvent à le faire sans même que nous ayons cédé à quelque péché proprement dit. Il suffit, pour qu'il prenne le dessus, que nous négligions de «rallumer le don de Dieu qui nous a été communiqué (2Ti 1:6) ,» que nous ne persévérions pas sans cesse à «nous efforcer d'entrer par la porte étroite (Lu 13:24) ,» que nous cessions de lutter ardemment pour la victoire et de «forcer et ravir le royaume des cieux (Mat 11:12)» Il n'y a qu'à ne plus combattre, et nous sommes certains d'être vaincus. Il n'y a qu'à être insouciant ou découragé, paresseux ou indolent, et bientôt les ténèbres naturelles nous envahiront de nouveau et rempliront notre âme. Il suffit donc de se laisser aller à la négligence spirituelle pour que notre âme soit positivement obscurcie; ce péché nous dérobera la clarté divine, tout aussi sûrement, bien que plus lentement peut-être, qu'un meurtre ou un adultère.

Mais il faut bien considérer ceci, que la cause de cet obscurcissement, quelle qu'elle soit, péché de commission ou péché d'omission, péché intérieur ou péché extérieur, n'est pas toujours dans le voisinage immédiat de ses tristes effets. Il arrivera parfois qu'un intervalle considérable séparera la faute le ses conséquences. Elle peut avoir été commise plusieurs jours, plusieurs semaines auparavant. Et si Dieu nous retire aujourd'hui sa clarté et sa paix, à cause de ce qui s'est passé il y a si longtemps, ce n'est pas, comme on pourrait le croire à première vue, une preuve de sévérité de sa part , mais plutôt une preuve de sa patience et de sa tendre miséricorde. Il a attendu tout ce temps pour voir si nous sentirions, reconnaîtrions et redresserions ce qui, en nous, était défectueux; et si nous ne le faisons pas, il finit par nous manifester son déplaisir afin de nous amener encore, si possible, à la repentance.

Une autre des causes principales de cet assombrissement de notre âme, c'est l'ignorance, qui, d'ailleurs, affecte diverses formes. Si un homme ne connaît pas les Ecritures et s'imagine qu'il y a, dans l'Ancien Testament ou dans le Nouveau, des passages qui enseignent que tous les croyants sans exception doivent, de temps à autre, passer par cette obscurité, cette ignorance amènera tout naturellement chez lui cette obscurité à laquelle il s'attend. Et combien ce cas est fréquent parmi nous! Combien peu de chrétiens ont des vues justes à cet égard! Ce n'est pas étonnant pourtant; car on leur a appris qu'il fallait s'attendre à cela ; leurs conducteurs spirituels les y ont encouragés. Et ce ne sont pas seulement les écrivains mystiques de l'Eglise romaine, ce sont aussi beaucoup des plus spirituels et des plus pratiques de la nôtre (à part quelques uns du siècle dernier) (Le dix-septième siècle.) , qui présentent cet enseignement avec une entière assurance, comme une des doctrines les plus claires et les plus certaines de la Bible, et citent quantité de textes à l'appui.

Cet obscurcissement provient aussi fréquemment de ce qu'on ne comprend pas la manière dont Dieu opère dans l'âme. Les chrétiens se figurent (sur la foi des écrivains de l'Eglise romaine en particulier, qui ont été suivis sans examen suffisant par beaucoup de protestants), qu'ils ne peuvent pas toujours marcher dans une foi lumineuse; que c'est là un état inférieur; qu'à mesure qu'ils grandissent, ils doivent renoncer aux grâces sensibles, et vivre par la foi toute nue. Et elle sera nue, en effet, si on la dépouille de l'amour, de la paix et de la joie du Saint-Esprit! Ils croient qu'un état de lumière et de joie est bon sans doute, mais qu'un état d'obscurité et de sécheresse spirituelles vaut encore mieux; que c'est ainsi seulement que nous pouvons être purifiés de l'orgueil, de l'amour du monde et d'un amour-propre déréglé; et que, conséquemment, nous ne devons ni espérer ni désirer de marcher toujours dans la lumière. C'est pour cela (bien que d'autres causes concourent aussi à ce résultat) que la plupart: des gens pieux dans l'Eglise romaine passent leur vie dans l'obscurité et le trouble, et que, s'ils sont parfois réjouis par la lumière divine, ils s'en voient, bientôt privés.

Une troisième cause générale d'obscurcissement spirituel se trouve dans les tentations. Au début, lorsque le flambeau du Seigneur vient briller sur notre sentier, il arrive souvent que la tentation s'enfuit et que nous en sommes entièrement exempts. Tout est tranquille en nous, et peut-être au dehors ; Dieu a contraint nos ennemis à nous laisser, en paix. Il semble tout naturel alors de nous figurer que nous n'aurons plus de combats. On a vu des cas où ce calme durait, non pas seulement quelques semaines, mais des mois et des années. D'ordinaire les choses se passent autrement, et avant longtemps les vents soufflent, la pluie tombe et tes torrents débordent tout de nouveau. Ceux qui ne connaissent ni le Fils ni le Père et qui, conséquemment, haïssent les enfants de Dieu , manifestent cette haine de diverses façons, dès que le Seigneur relâche tant soit peu le frein qu'il a mis à leur bouche. «Mais, comme autrefois celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit, il en est de même maintenant (Ga 4:29);» les mêmes causes produisent les mêmes effets. Le péché qui reste encore dans le coeur recommence à s'agiter; la colère et beaucoup d'autres «racines d'amertume» Heb 12:15) tendent à «pousser en haut.» Satan ne manquera pas de saisir ce moment pour lancer ses traits enflammés, et notre âme aura à combattre non seulement contre le monde, non seulement «contre la chair et le sang, mais contre les principautés; contre les puissances, contre les princes des ténèbres de ce siècle, contre les esprits malins qui sont dans les airs (Eph 6:12)» Et quand des assauts si divers se produisent simultanément, quand peut-être ils se déchaînent avec une fureur inouïe, il n'est pas surprenant qu'un homme encore faible dans la foi se trouve l'âme oppressée et même obscurcie dans ces circonstances, surtout s'il ne veillait pas à ce moment-là, si ces assauts surviennent à l'heure où il ne s'y attendait pas. où il n'attendait rien de pareil, croyant ou du moins espérant que les jours mauvais ne reviendraient plus.

La puissance des tentations qui viennent du dedans sera considérablement accrue, si nous avions auparavant une plus haute opinion de nous-mêmes que nous n'aurions dû, jusqu'à nous croire purifiés de tout péché. Et combien nous sommes portés à le croire, pendant que nous ressentons l'ardeur du premier amour! Comme nous sommes disposés alors à penser due Dieu a «accompli en nous puissamment... l'oeuvre de la foi» (2Th 1:11) tout entière, qu'il n'y a plus de péché en nous puisque nous n'y en sentons plus, et enfin que notre âme appartient complètement à l'amour divin ! L'attaque impétueuse d'un ennemi, que l'on croyait non seulement vaincu, mais mort, ne peut guère manquer d'accabler lourdement notre âme, et même parfois de la plonger dans d'épaisses ténèbres, surtout si nous raisonnons avec cet ennemi, au lieu de crier immédiatement à Dieu et de nous jeter, avec une foi enfantine, dans les bras de celui qui «saura délivrer les siens de l'épreuve (2Pi 2:19) .»

III

Telles étant les causes habituelles de cet obscurcissement qui s'empare de nouveau de l'âme, il nous reste à chercher quel en peut être le remède.

Ce serait une erreur grave et même fatale que de supposer qu'un seul et même traitement peut convenir à tous les cas. Cette idée est pourtant fort répandue, même parmi beaucoup de chrétiens qui passent pour être expérimentés, qui ont peut-être la prétention d'être des docteurs en Israël et de servir de guides aux autres. En conséquence, ces hommes ne connaissent et n'emploient qu'un seul remède, quelle que soit la cause de la maladie. Ils se mettent aussitôt à faire une application des promesses de Dieu , à «prêcher la bonne nouvelle,» comme ils disent. Consoler, voilà tout, ce qu'ils se proposent ; et, pour y arriver, ils disent toutes sortes de choses tendres et douces sur l'amour de Dieu pour les pauvres pécheurs perdus, sur l'efficacité du sang de Jésus-Christ. C'est bien là du charlatanisme, et de la pire espèce ; car s'il n'a pas pour effet de ruiner le corps humain, il pourrait bien, si le Seigneur n'intervenait dans sa grande miséricorde , «perdre l'âme et le corps dans la géhenne (Mat 10:28).» Il est malaisé de trouver des termes suffisants pour faire bonne justice de ces gens qui «enduisent de mortier mal lié (Eze 13:10 ),» de ces marchands de promesses. Ils méritent bien le surnom qu'on a donné à d'autres mal à propos, celui de comédiens religieux. Ce sont eux qui «tiennent pour une chose profane le sang de l'alliance (Heb 10:29).» C'est une vraie prostitution des promesses de Dieu que de les appliquer ainsi sans distinction au premier venu. Le traitement. des maux spirituels ne doit-il pas varier selon les causes de ces maux, tout comme lorsqu'il s'agit des maladies du corps? La première chose à faire, c'est de découvrir la cause ; cela même fera trouver le remède.

Demandez-vous donc : «Cette obscurité me vient-elle du péché, et de quel péché? Est-ce d'un péché visible que j'ai commis?» Demandez-vous si votre conscience ne vous accuse pas de commettre habituellement quelque péché, par lequel vous contristez le Saint Esprit. Serait -ce pour cette raison qu'il s'est retiré de vous et qu'avec lui ont disparu votre joie et votre paix? Et comment pourriez-vous les retrouver sans jeter loin de vous l'interdit? «Que le méchant délaisse sa voie (Esa 55:7). «Pécheurs, nettoyez vos mains (Jas 4:8).» «Otez de devant mes yeux la malice de vos actions (Esa 1:16).» Alors «ta lumière se lèvera dans les ténèbres (Esa 58:10);» l'Eternel se retournera vers vous et il vous pardonnera «abondamment (Esa 55:7).»

Si, après vous être examiné consciencieusement, vous ne pouvez pas découvrir de péché par vous commis, qui soit cause de l'obscurité dans laquelle votre âme s'est trouvée plongée, il convient, que vous recherchiez alors si ce ne serait pas quelque péché d'omission qui a mis séparation entre Dieu et vous. Serait-ce que vous avez «souffert du péché en votre prochain ? (Le 19:17 )» Reprenez-vous ceux qui pèchent devant vous ? Suivez-vous toutes les ordonnances du Seigneur? êtes-vous assidu au culte? pratiquez-vous la prière en famille et en particulier? Si vous ne le faites pas, si vous négligez habituellement un de ces devoirs bien connus; comment oseriez-vous espérer que le Seigneur continuera à faire luire sur vous la clarté de sa face? «Affermis le reste» (Apo 3:2) au plus tôt, et ton âme vivra. «Si vous entendez aujourd'hui sa voix (Heb 3:7),» et si vous l'écoutez, il suppléera lui-même par sa grâce à votre insuffisance. Quand vous entendez cette voix derrière vous qui dit: «C'est ici le chemin ; marchez-y (Esa 30:2),» n'endurcissez point votre coeur ; «ne résistez point à la vision céleste (Act 26:19).» Aussi longtemps que le péché, que ce soit une faute commise ou bien un devoir omis, n'aura pas été enlevé, toutes les consolations qu'on pourrait vous donner seraient vaines et trompeuses. Ce serait comme cette peau qui se referme sur une plaie tandis qu'au dessous l'abcès continue à se former et à s'étendre. N'attendez aucune paix. intérieure avant d'avoir fait votre paix avec Dieu ; et vous ne pouvez la faire sans porter «des fruits convenables à la repentance (Mat 3:8).»

Mais peut-être ne trouvez-vous pas même chez vous un péché d'omission qui ait pu ainsi troubler votre paix et votre joie émanant du Saint-Esprit. Serait-ce alors quelque péché secret qui, semblable à une «racine d'amertume», pousse en haut et infecte votre coeur? Cet état de sécheresse et de stérilité, dans lequel est votre âme, ne provient-il pas de ce que votre mauvais coeur «vous a fait abandonner le Dieu vivant ?(Heb 3:12)» «Le pied de l'orgueil»(Ps 36:12 d'après la version anglaise) ne s'est il pas avancé contre vous ? N'avez-vous pas eu de vous-même «une plus haute opinion que vous ne deviez ? (Ro 12:3)» N' avez-vous point, pour telle ou telle chose, «sacrifié à votre filet et encensé à vos rets? (Hab 1:16). N'avez-vous pas attribué votre succès dans quelque entreprise à votre courage, à votre force, à votre sagesse? Ne vous êtes-vous pas glorifié de quelque chose que vous aviez reçu, «comme si vous ne l'aviez pas reçu? (1Co 4:7)» Ne vous êtes vous pas glorifié «en autre chose qu'en la croix de notre Seigneur Jésus-Christ (Gal 6:14).» N'avez-vous ni recherché ni désiré l'honneur qui vient des hommes? N'y avez-vous pas pris plaisir? S'il en était ainsi, vous savez ce qu'il vous faut faire. Si c'est l'orgueil qui a occasionné votre chute,«humiliez-vous sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève quand il en sera temps (1Pi 5:6) . N'auriez-vous pas contraint le Seigneur â s'éloigner de vous, en vous livrant à la colère? Ne vous êtes-vous point«irrité à cause des impies,» et, n'avez-vous pas été «jaloux de ceux qui s'adonnent à la perversité?(Ps 37:1)» Ne vous êtes-vous point emporté contre quelqu'un de vos frères, à cause de quelque péché réel ou imaginaire que vous avez vu en lui, mais vu, de telle façon qu'à votre tour vous avez péché contre la sainte loi de l'amour en fermant votre coeur à ce frère? Dans ce cas, regardez au Seigneur pour qu'il renouvelle vos forces et afin que toute cette dureté et cette froideur disparaissent, afin que l'amour, la paix et la joie vous reviennent du même coup et que vous puissiez toujours être «bons les uns pour les autres, pleins de compassion , vous pardonnant mutuellement , comme Dieu vous a aussi pardonnés par Christ. (Eph 4:32).» Serait-ce que vous vous êtes laissé aller à quelque désir insensé, à quelque affection déplacée ou excessive? S'il en est ainsi, l'amour de Dieu ne saurait habiter dans votre coeur, à moins celle vous n'en bannissiez vos idoles. «Ne vous abusez point; on ne se joue pas de Dieu (Gal 6:7)» il n'habitera point dans un coeur partagé. Aussi longtemps que vous demeurerez attaché à Délila, l'Éternel ne saurait posséder votre âme. Vainement vous espéreriez retrouver sa clarté, si vous n'arrachez pas «l'oeil droit» pour le jeter loin de vous. Oh! ne tardez pas davantage, et criez à lui pour qu'il vous donne la force de le faire! Reconnaissez avec tristesse votre incapacité, votre impuissance; et, soutenus par son secours. entrez par la porte étroite et emportez d'assaut le royaume des cieux! Expulsez toute idole du sanctuaire de l'Éternel, et bientôt sa gloire apparaîtra !

Peut-être est-ce précisément parce que vous ne vous efforcez pas, parce que vous êtes tombé dans l'indolence spirituelle, que votre âme est pleine d'obscurité. Vous habitez le pays en sécurité; point de guerre dans vos parages; aussi êtes-vous tranquille et sans souci. Vous suivez la routine des devoirs extérieurs, et vous vous en tenez là. Peut-on s'étonner alors que votre âme soit morte? Oh! secouez-la et la réveillez sous le regard du Seigneur! Levez-vous et secouez la poussière de dessus vous; luttez avec Dieu pour remporter sa puissante bénédiction; répandez votre âme devant lui par la prière, et ne manquez pas d'y persévérer. Veiller ! sortez de votre sommeil , et n'y retombez plus, sans quoi vous n'avez, devant vous que la perspective de perdre toujours plus la lumière et la vie de Dieu.

Mais si, après un examen complet et sincère de vous-même, il est évident pour vous que vous n'êtes pas actuellement asservi à l'indolence spirituelle et que vous ne commettez pas tel ou tel autre péché intérieur ou extérieur, alors vous devez passer en revue le passé. Réfléchissez aux dispositions, aux paroles, aux actions qui ont marqué ce temps. Ont-elles été bonnes devant le Seigneur? «Entre dans ton cabinet (Esa 26:20) ,» «pense en toi-même sur ton lit, et demeure en repos (Ps 4:5).» Demandez à Dieu de sonder le fond de votre coeur, et de vous rappeler tout ce qui a pu dans le passé «irriter les yeux de sa gloire (Esa 3:8).» Si votre âme demeure entachée de la responsabilité de quelque péché dont vous ne vous êtes pas repenti, vous ne pouvez manquer d'être dans l'obscurité spirituelle jusqu'au jour où, ayant été «renouvelé à la repentance (Heb 6:6) ,» vous aurez été de nouveau lavé par la foi dans «la source ouverte pour le péché et pour la souillure (Zac 13:1).»

Le traitement de votre cas devra être tout différent si la cause de votre mal se trouve être, non pas le péché, mais l'ignorance. Peut-être est-ce l'ignorance du sens des Écritures, ignorance provenant de celle des interprètes de la parole de Dieu , qui peuvent être fort instruits, fort savants à d'autres égards, mais dans l'ignorance sur un point particulier. S'il en est ainsi, il faut commencer par dissiper cette ignorance, afin de dissiper l'obscurité dont elle est cause. Il faudra donc que nous découvrions quel est le sens véritable des textes bibliques qui ont été mal compris. Il n'entre pas dans mon intention d'examiner ici tous les passages de nos saints livres qui ont été associés à la question qui nous occupe; mais je dois en indiquer deux ou trois qu'on allègue souvent pour prouver que, tôt ou tard, tous les croyants ont à passer par l'obscurité.

On cite entre autres Esaïe 50:10 : «Qui est celui d'entre vous qui craint l'Éternel et qui écoute la voix de son serviteur? Que celui qui marche dans les ténèbres, et qui n'a point de lumière, ait sa confiance au nom de l'Eternel, et qu'il s'appuie sur son Dieu. Mais rien, pas plus dans le contexte que dans le texte, ne prouve qu'il s'agit ici d'un individu qui possédait antérieurement la lumière du Seigneur. Car il suffit d'être convaincu de péché pour «craindre l'Éternel et écouter la voix de son serviteur.» Et on pourrait donner à une personne qui est dans cet état, et bien que son âme soit encore dans les ténèbres et n'ait jamais vu la clarté de la face du Seigneur, le conseil de mettre sa confiance au nom de l'Éternel et de s'appuyer sur son Dieu,» Ce passage ne saurait donc aucunement servir à prouver que celui qui croit en Jésus-Christ est appelé à marcher de temps à autre dans l'obscurité.

On a cru trouver aussi cette doctrine dans Osée 2:14 : «C'est pourquoi, voici, je l'attirerai, après que je l'aurai fait aller dans le désert, et je lui parlerai selon son coeur.» On a voulu conclure de ce passage que Dieu conduira tous les croyants «dans le désert,» dans un état d'anéantissement et d'obscurité. Mais il est bien certain qu'il n'y a rien de pareil dans ce texte; il n'y est, pas question d'une certaine classe de croyants, mais du peuple juif en particulier, et peut-être exclusivement. Et si l'on voulait absolument l'appliquer à des cas individuels, voici comment il faudrait entendre ce passage : «Je l'attirerai par mon amour ; ensuite, je le convaincrai de son péché, et finalement je le consolerai par ma miséricorde et mon pardon.»

Un troisième texte, sur lequel on a fondé cet enseignement, est, celui qui est, inscrit, en tête de ce discours : «Vous êtes maintenant dans la tristesse; mais je vous verrai de nouveau, et votre coeur se réjouira, et personne ne vous ravira votre joie (Jea 16:22)» On s'est imaginé que Dieu s'éloignait, au bout d'un certain temps, de tous ceux qui ont cru, et qu'il fallait qu'ils passassent par cette tristesse pour posséder cette joie que personne ne pourra leur ravir. Mais le contexte tout entier nous montre que Jésus s'adresse ici uniquement à ses apôtres et qu'il fait allusion à des événements particuliers, sa mort et sa résurrection. «Dans peu de temps vous ne me verrez plus,» (Jea 16:16) leur dit-il, c'est-à-dire pendant que je serai dans le tombeau; «et, un peu de temps après, vous me reverrez,» quand je serai ressuscité. «En vérité, en vérité je vous dis que vous pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira; vous serez dans la tristesse; mais votre tristesse sera changée en joie (Jea 16:20).»

«Vous êtes maintenant dans la tristesse,» parce que je ais vous manquer comme conducteur; «mais je vous verrai de nouveau,» après ma résurrection, «et votre coeur se réjouira, et personne ne vous ravira votre joie,» celle que je vous donnerai. Nous savons que tout cela s'est accompli à la lettre dans le cas des apôtres. Mais il n'y a pas lieu de tirer de là des conséquences relativement aux dispensations de Dieu à l'égard des croyants en général.

Pour ne pas aller plus loin, nous nous bornerons à rappeler un quatrième passage, qu'on cite fréquemment à l'appui de la doctrine que nous examinons ; c'est 1Pierre 4:12: «Mes bien-aimés, ne trouvez point étrange, si vous êtes comme dans une fournaise pour être éprouvés.» Mais ce texte est tout aussi étranger à la question que le précédent. En voici la traduction littérale : «Bien-aimés, ne vous étonnez pas du feu, qui est parmi vous et qui est pour votre épreuve.» En admettant qu'on puisse appliquer ces paroles, par voie d'extension, à des épreuves intérieures, il n'en reste pas moins vrai qu'elles ont dû se rapporter d'abord au martyre et aux souffrances qui l'accompagnaient. Ce passage ne peut donc servir à prouver le point dont il s'agit ici. Et nous pouvons bien mettre au défi qui que ce soit de trouver, soit dans l'Ancien Testament, soit, dans le Nouveau Testament, un seul texte qui soit plus probant que celui-ci à l'égard de la doctrine que nous combattons.

- «Mais, nous dira-t-on, cette obscurité n'est-elle pas plus salutaire que la lumière elle même ? L'oeuvre de Dieu ne s'accomplit elle pas plus rapidement et plus sûrement dans l'âme quand celle-ci passe par des souffrances intimes ? Le croyant n'est-il pas purifié par la douleur bien plus promptement, bien plus efficacement que par la joie ? L'angoisse et le tourment, la détresse, le martyre spirituel, ne font ils pas plus de bien qu'une paix continuelle?» - C'est là, en effet ce qu'enseignent les auteurs mystiques; mais si tel est le langage de leurs écrits, tel n'est pas celui des oracles divins, Nulle part, la Bible n'enseigne que c'est par le moyen de son absence que Dieu avance le plus son oeuvre dans un coeur. C'est au contraire par sa présence et par une communion bien franche avec le Père et le Fils ; un sentiment très vif de cette présence et de cette communion feront plus, dans une heure, que l'absence du Seigneur n'accomplirait en un siècle. La joie que donne le Saint-Esprit purifiera le coeur bien mieux que la privation de cette joie; la paix de Dieu est le moyen le plus sûr de débarrasser l'âme de la crasse et de l'écume des affections terrestres. Loin de nous donc cette invention étrange, que le royaume de Dieu est divisé contre lui-même, que la paix de Dieu et la joie que procure le Saint-Esprit sont incompatible avec la justice, et que nous sommes sauvés, non par la foi et l'espérance, mais par l'incrédulité et le désespoir !

Aussi longtemps qu'on croira à de pareilles rêveries, on peut s'attendre à marcher dans les ténèbres. L'effet ne cessera de se produire que lorsque la cause disparaîtra. Et pourtant, ne nous figurons pas que l'effet va disparaître aussitôt que la cause aura été supprimée. Quand l'ignorance ou le péché ont amené cette obscurité dans l'âme, il peut arriver qu'ils soient, détruits sans qu'immédiatement la lumière qu'ils avaient éclipsée reparaisse. Elle est essentiellement un don de Dieu, et il l'accordera plus tôt ou plus tard, selon sa volonté. Quand il y a eu péché, il est assez naturel que la lumière d'en haut ne revienne pas tout de suite; car le péché ayant commencé avant le châtiment, il n'est que juste que celui-ci lui survive. C'est ainsi que, dans le domaine des maux physiques, une blessure ne saurait se guérir tant que le trait y demeure enfoncé, et, d'un autre côté, la plaie n'est pas guérie instantanément quand on en a retiré le projectile ; le mal et la douleur persistent encore longtemps.

En dernier lieu, si les ténèbres proviennent de tentations diverses, pénibles et imprévues. le meilleur moyen d'éloigner ces ténèbres et d'en préserver l'âme, c'est d'avertir les croyants qu'ils doivent toujours s'attendre à être tentés, puisqu'ils sont dans un monde mauvais. entourés d'esprits malfaisants, malicieux, rusés, et, que leur coeur lui-même est capable de tout mal. Persuadez-leur que l'oeuvre entière de la sanctification ne s'accomplit pas dès le commencement, comme ils se le sont imaginé, mais que, lorsqu'ils sont arrivés à la foi, ils ne sont encore que des enfants nouvellement nés qui doivent s'attendre à rencontrer plus d'une tempête avant de parvenir à la stature parfaite de Christ. Et surtout, avertissez-les que, lorsque l'ouragan fond sur eux, il faut prier, et non raisonner avec Satan; il faut répandre notre âme en la présence du Seigneur et lui exposer nos difficultés. C'est à ceux-là principalement que nous devons appliquer les grandes et précieuses promesses de Dieu; ce n'est pas à ceux qui sont encore dans l'ignorance; car il faut d'abord les tirer de cette ignorance ; encore moins ces promesses sont-elles pour les pécheurs impénitents. Aux âmes croyantes seules nous pourrons annoncer sans réserve et avec affection, les bontés de Dieu notre Sauveur; nous pourrons auprès d'elles nous étendre ces miséricordes qui sont de tout temps. C'est le cas d'insister sur la fidélité de ce Dieu dont «toute la parole est éprouvée (Pro 30:5),» sur l'efficacité de ce sang qui fut versé pour nous et qui «nous purifie de tout péché (1Jn 1:7).» Le Seigneur rendra lui-même témoignage à sa parole et fera sortir ces âmes de leurs ennuis. Il leur dira : «Lève-toi; sois illuminée; car ta lumière est venue, et la gloire de l'Eternel s'est levée sur toi (Esa 60:1).» Et si elles marchent humblement et fidèlement avec Dieu, cette lumière «augmentera son éclat jusqu'à ce que le jour soit en sa perfection (Pro 4:18).»