Symbolbild Symbolbild  
cmft - Centre Méthodiste de Formation Théologique
 
Accueil
Informations générales
Offre de formation
Publications du CMFT
Documents méthodistes
J. et Ch. Wesley - sources
John Wesley - sermons
Bibliographie méthodiste
Accès à la bibliothèque
Contact - Liens
 

Le Sermon sur la Montagne, discours 5

Tous droits réservés.
Edition numérique © Yves Petrakian, Juillet 2003




« Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu, non pour les abolir, mais pour les accomplir. Car je vous dis en vérité que, jusqu'à ce que le ciel et la terre passent, il ne passera pas un seul iota, ni un seul trait de lettre de la loi, jusqu'à ce que toutes choses soient accomplies. (Cette traduction, différente de la version française, mais plus littéralement conforme au texte original, est nécessaire pour l'intelligence du discours de Wesley.) Celui donc qui aura violé l'un de ses plus petits commandements et qui aura ainsi enseigné les hommes, sera estimé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les aura enseignés et observés, celui-là sera estimé grand dans le royaume des cieux. Car je vous dis que si votre justice ne surpasse celle des scribes et des Pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux. » (Mat 5:17-20)




Parmi la multitude des reproches infligés à celui qui fut «le méprisé et le dernier des hommes,» devait naturellement se trouver celui d'être un docteur de nouveautés, l'introducteur d'une nouvelle religion. Ce reproche pouvait sembler d'autant plus légitime que plusieurs des expressions qu'employait Jésus n'étaient pas communes parmi les Juifs, soit qu'ils n'en fissent point usage, soit qu'ils ne s'en servissent pas dans le même sens ou avec une signification aussi complète et aussi forte.

Ajoutez à cela que le culte de Dieu «en esprit et en vérité,» doit nécessairement toujours sembler une religion nouvelle à ceux qui n'ont connu jusque-là rien de plus que le culte extérieur, que «l'apparence de la piété.»

Peut-être bien aussi, quelques-uns pouvaient-ils espérer que Jésus venait abolir l'ancienne religion et en introduire une autre qui serait, s'en flattaient-ils peut-être, une voie plus aisée pour parvenir au ciel. Mais notre Seigneur réfute dans les paroles de notre texte, à la fois les vaines espérances des uns et les calomnies sans fondement des autres.

Je considérerai ces paroles dans l'ordre même où elles nous sont données, prenant successivement chaque verset pour sujet distinct de mon discours.

I

Et d'abord, «ne pensez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes : je suis venu non pour les abolir, mais pour les accomplir.»

Quant à la loi rituelle ou cérémonielle, donnée par Moïse aux enfants d'Israël, renfermant toutes les injonctions et les ordonnances relatives aux anciens sacrifices et au service du temple, notre Seigneur est venu bien réellement pour la détruire, l'annuler et l'abolir entièrement. C'est ce que témoignent tous les apôtres; non seulement Barnabas et Paul, qui résistèrent en face à ceux qui enseignaient que les chrétiens «devaient garder la loi de Moïse;» non seulement Pierre, qui déclare qu'insister sur l'observation de la foi rituelle «c'est tenter Dieu,» et «imposer aux disciples un joug que ni nos pères,» dit-il, «ni nous-mêmes n'avons pu porter;» -- mais tous «les apôtres, les anciens et les frères,» «assemblés d'un commun accord,» ont déclaré «qu'ordonner de garder la loi de Moïse,» c'est «ébranler les âmes,» et «qu'il a semblé bon au Saint-Esprit» et à eux de ne leur point imposer une telle charge. «Cette obligation, qui était contre nous, laquelle consistait dans les ordonnances,» notre Seigneur «l'a effacée, et il l'a entièrement annulée, en l'attachant à la croix.»

Mais la loi morale, contenue dans les dix commandements et confirmée par les prophètes, notre Seigneur ne l'a point annulée. Sa venue n'avait point pour but d'en révoquer aucune partie. C'est une loi qui ne peut jamais être anéantie, et qui est aussi durable que le fidèle témoin qui est dans le ciel. La loi morale repose sur un tout autre fondement que la loi cérémonielle, qui n'était destinée qu'à servir de joug temporaire sur un peuple rebelle et de col roide, tandis que la première date du commencement du monde, étant «écrite non sur des tables de pierre,» mais dans le coeur de tous les enfants des hommes, lorsqu'ils sont sortis des mains de leur Créateur. Et quoique les caractères, tracés jadis par le doigt de Dieu, soient maintenant en grande partie effacés par le péché, encore ne peuvent-ils avoir complètement disparu, aussi longtemps que nous avons quelque conscience du bien et du mal. Chacune des parties de cette loi doit rester en vigueur pour toute l'humanité dans tous les âges, vu qu'elle ne dépend ni des temps, ni des lieux, ni d'aucune autre circonstance sujette au changement, mais uniquement de la nature de Dieu et de la nature de l'homme et de leurs inaltérables rapports l'un avec l'autre.

«Je ne suis point venu pour abolir cette loi, mais pour l'accomplir.» Quelques-uns ont compris que notre Seigneur voulait dire par là : Je suis venu pour l'accomplir, par mon obéissance entière et parfaite; et l'on ne peut douter que, dans ce sens, il n'en ait accompli chaque partie. Mais ce sens ne paraît pas être dans l'intention de notre Sauveur, parce qu'il est étranger au dessein de son discours actuel. Indubitablement, le sens de ses paroles est ici, en tenant compte de tout ce qui précède et de tout ce qui suit : Je suis venu pour établir la loi dans sa plénitude, en dépit de tous les commentaires des hommes; je suis venu pour placer dans un jour clair et complet, tout ce qui était auparavant obscur; je suis venu pour déclarer le sens complet et vrai de chacune de ses parties, pour montrer la longueur et la largeur, -- l'entière étendue de chaque commandement qu'elle renferme, -- et la hauteur et la profondeur, -- la pureté et la spiritualité inconcevables de cette loi dans toutes ses branches.

C'est là ce que notre Seigneur a abondamment accompli dans les parties qui précèdent et qui suivent du discours qui est devant nos yeux; ce n'est point une religion nouvelle qu'il vient par là introduire dans le monde, c'est la même qui existait dès le commencement, une religion dont la substance est incontestablement aussi ancienne que la création, née avec l'homme et procédée de Dieu au moment même où «l'homme fut fait en âme vivante» (je dis la substance, car quelques circonstances de cette religion se rapportent maintenant à l'homme en tant que créature déchue); -- une religion à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes, dans toutes les générations successives. Mais elle ne fut jamais aussi complètement expliquée, ni aussi parfaitement comprise, jusqu'à ce que son grand Auteur condescendît à donner lui-même à l'humanité ce commentaire authentique de toutes ses branches essentielles, déclarant en même temps qu'elle ne serait jamais changée, mais qu'elle demeurerait en vigueur jusqu'à la fin du monde.

II

«Car je vous dis en vérité,» -- avertissement solennel qui dénote à la fois l'importance et la certitude de la déclaration, - «que ,jusqu'à ce que le ciel et la terre passent, il ne passera pas un seul iota ni un seul trait de lettre de la loi, jusqu'à ce que toutes choses soient accomplies.»

Pas «un seul iota,» pas la moindre voyelle, «ni un seul trait de lettre,» un seul point ou accent sur une consonne. C'est une expression proverbiale pour signifier qu'aucun des commandements de la loi morale ne devait jamais être annulé, ni même la moindre partie d'aucun commandement, quelque peu considérable qu'elle pût paraître.

«Il ne passera» rien «de la loi.» Le texte original renferme une double négation qui renforce le sens et exclut toute contradiction; et le mot grec n'est pas seulement un futur, indiquant ce qui arrivera, mais il a aussi la force d'un impératif, ordonnant ce qui doit être. C'est une parole d'autorité exprimant la volonté souveraine et la puissance de Celui qui parle, de Celui dont la parole est la loi du ciel et de la terre, qui demeure ferme à toujours et à perpétuité.

«Il ne passera pas un seul iota ni un seul trait de lettre de la loi, jusqu'à ce que le ciel et la terre passent,» ou, comme il est dit immédiatement après, «jusqu'à ce que toutes choses soient accomplies,» jusqu'à la consommation de toutes choses. Il n'y a donc aucune place ici pour cette pauvre évasion dont quelques-uns se sont grandement flattés, savoir qu'aucune partie de la loi ne passera jusqu'à ce que toute la loi soit accomplie; or, la loi a été accomplie par Christ; elle doit donc passer maintenant pour faire place à l'établissement de l'évangile.» Mais il n'en est point ainsi; l'expression toutes choses ne signifie pas toute la loi, mais bien toutes choses dans l'univers, et le mot accomplies ne se rapporte point à la loi, mais à tout ce qui existe dans le ciel et sur la terre.

De tout cela, nous pouvons apprendre qu'il n'y a aucune opposition entre l'évangile et la loi, et qu'il n'est pas besoin que la loi disparaisse pour faire place à l'évangile. Aucun des deux ne doit céder à l'autre, mais ils s'accordent parfaitement ensemble. Les mêmes paroles, suivant le point de vue où on les considère, font partie à la fois de la loi et de l'évangile; de la loi, si on les regarde comme des commandements; de l'évangile, si on les regarde comme des promesses. Ainsi, ce passage : «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur,» si on le considère comme un commandement, appartient à la loi; si on le considère comme une promesse, il forme une partie essentielle de l'évangile, l'évangile n'étant autre chose que les commandements de la loi, proposés sous forme de promesses. Ainsi donc la pauvreté d'esprit, la pureté de coeur, et tout ce qui est prescrit par la sainte loi de Dieu, ne sont, quand on les regarde à la lumière de l'évangile, qu'autant de grandes et précieuses promesses.

Il y a donc la plus intime liaison qu'on puisse imaginer entre la loi et l'évangile. D'un côté, la loi prépare continuellement le chemin à l'évangile et nous y conduit; de l'autre, l'évangile nous ramène à une observation toujours plus complète de la loi. La loi, par exemple, nous commande d'aimer Dieu, d'aimer notre prochain, d'être doux, humbles et saints; nous sentons que nous ne sommes pas suffisants pour ces choses, et même que «quant à l'homme, cela est impossible.» Mais nous voyons la promesse de Dieu de nous donner cet amour et de nous rendre humbles, doux et saints; nous saisissons cet évangile, cette bonne nouvelle, et il nous est fait selon notre foi, «la justice de la loi est accomplie en nous» par la foi en Jésus-Christ.

Nous pouvons même observer, de plus, que tout commandement dans la sainte Ecriture n'est qu'une promesse couverte. Car, par cette solennelle déclaration «Voici l'alliance que je traiterai avec eux dans ces jours-là, dit le Seigneur; je mettrai mes lois dans leur esprit et je les graverai dans leur coeur;» Dieu s'est engagé à nous donner lui-même tout ce qu'il nous commande. Dès lors, nous commande-t-il de «prier sans cesse,» d'être «toujours joyeux,» d'être «saints comme il est saint?» Cela suffit; il produira en nous cela même qu'il demande : il nous sera fait suivant sa parole.

Mais, s'il en est ainsi, nous ne pouvons être embarrassés sur ce qu'il faut penser de ceux qui, dans tous les âges de l'église, ont entrepris de modifier ou d'abroger quelque commandement de Dieu, par une prétendue direction spéciale de son Esprit. Christ nous donne ici une règle infaillible pour juger de pareilles prétentions. Le christianisme renfermant toute la loi morale de Dieu, soit comme commandements; soit comme promesses; le christianisme, si nous voulons écouter le Seigneur lui-même, est dans le dessein de Dieu, la dernière de toutes ses dispensations. Aucune autre dispensation ne doit lui succéder; il doit durer jusqu'à la consommation de toutes choses. Par conséquent, toute nouvelle révélation est de Satan et non point de Dieu, et toute prétention à une autre dispensation plus parfaite, tombe naturellement à terre. «Le ciel et la terre passeront,» mais cette parole «ne passera point.»

III

«Celui donc qui aura violé l'un de ces plus petits commandements et qui aura ainsi enseigné les hommes, sera estimé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les aura observés et enseignés, celui-là sera estimé grand dans le royaume des cieux.»

Qui sont-ils donc, ceux qui condamnent la prédication de la loi? Ne voient-ils donc point sur qui retombe en définitive le reproche qu'ils nous font? Quiconque nous méprise sous ce prétexte, méprise celui qui nous a envoyés; car personne a-t-il jamais prêché la loi comme Jésus, alors même qu'il est venu, non pour condamner le monde, mais pour le sauver; qu'il est venu tout exprès pour «mettre en évidence la vie et l'immortalité par l'évangile?» Peut-on prêcher la loi plus expressément et plus rigoureusement que ne le fait Christ dans ces paroles? Et qui osera les altérer? Où est celui qui apprendra à prêcher au Fils de Dieu? Qui lui enseignera une meilleure manière de communiquer le message qu'il a reçu de son Père?

«Celui donc qui aura violé l'un de ces plus petits commandements,» ou l'un des plus petits de ces commandements. -- «Ces commandements,» c'est là une expression que notre Seigneur emploie comme équivalente à la loi ou la loi et les prophètes, ce qui est exactement la même chose, vu que les prophètes n'ont rien ajouté à la loi, mais n'ont fait que la répéter, l'expliquer ou l'enjoindre, suivant qu'ils y étaient poussés par le Saint-Esprit.»

«Celui donc qui aura violé l'un de ces plus petits commandements,» surtout si cette violation a lieu volontairement ou avec présomption : l'un, un seul, car «quiconque aura observé toute la loi, s'il vient à pécher» de cette manière «dans un seul commandement, il est coupable comme s'il les avait tous violés,» la colère de Dieu demeure sur lui, aussi certainement que s'il avait violé chacun de ces commandements. Ainsi point de tolérance pour aucune convoitise dominante, point de réserve pour aucune idole, point d'excuses pour celui qui s'abstient de tout autre péché, à l'exception d'un seul péché qu'il caresse au fond de son coeur. Ce que Dieu demande, c'est une obéissance entière et complète; nous devons tenir nos regards fixés sur tous ses commandements; sans cela nous perdons toute la peine que nous prenons à en observer quelques-uns, et nous perdons nos pauvres âmes pour l'éternité.

«L'un de ces plus petits commandements» ou l'un des plus petits de ces commandements. -- Encore une autre excuse retranchée, par laquelle plusieurs, s'ils ne peuvent tromper Dieu, trompent misérablement leurs propres âmes. «Ce péché, dit le pécheur, n'est-il pas petit? Le Seigneur ne m'épargnera-t-il point par rapport à cette seule chose? Certainement il ne sera point assez rigoureux pour y prendre garde, puisque je ne viole point les articles les plus importants de la loi.» -- Vain espoir! A parler suivant la manière des hommes, nous pouvons bien appeler certains commandements grands et d'autres petits, mais en réalité il n'en est point ainsi; il n'existe point de petit péché, tout péché étant une transgression de la loi sainte et parfaite, et une insulte à la majesté du grand Roi des cieux.

«Et qui aura ainsi enseigné les hommes.» Dans un certain sens, on peut dire que quiconque transgresse ouvertement quelque commandement, apprend aux autres par là à faire la même chose; car l'exemple parle, et souvent beaucoup plus haut que le précepte. Sous ce point de vue, il est évident que tout ivrogne enseigne l'ivrognerie; tout violateur du sabbat enseigne constamment à son prochain à profaner de même le jour du Seigneur. Mais ce n'est pas tout. Celui qui a l'habitude de violer la loi se contente rarement d'en rester là, il excite ordinairement les autres à l'imiter, par ses paroles aussi bien que par son exemple, spécialement quand il raidit son cou et hait d'être repris.
Un tel pécheur devient bientôt un avocat du péché, il défend ce qu'il est résolu à ne point abandonner, il excuse le péché auquel il ne veut pas renoncer, et enseigne ainsi directement chaque péché qu'il commet.

Celui-là «sera estimé le plus petit dans le royaume des cieux,» c'est-à-dire, il n'y aura aucune part. Il est étranger au royaume des cieux qui est sur la terre, il n'a aucune portion dans cet héritage; aucune part à «la justice, à la paix et à la joie par le Saint-Esprit.» Il ne peut donc, par conséquent, avoir non plus aucune part à la gloire qui doit être révélée un jour.

Mais si ceux qui violent ainsi «l'un de ces plus petits commandements,» et enseignent aux autres à le faire pareillement; si ceux-là seront «estimés les plus petits dans le royaume des cieux,» n'auront aucune part dans le royaume de Dieu et de Christ; s'ils seront jetés dans les ténèbres de dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents; que deviendraient donc ceux que notre Seigneur a principalement en vue dans ces paroles; -- ceux qui, portant le caractère de docteurs envoyés de Dieu, violent cependant eux-mêmes ses commandements, et enseignent ouvertement aux autres à en faire autant, étant à la fois corrompus dans leur vie et dans leur doctrine?

Il y en a de plusieurs sortes. Les premiers sont ceux qui vivent dans quelque péché volontaire et habituel. Or si un pécheur ordinaire prêche par son exemple, combien plus un ministre pécheur, quand même il n'essaie point de défendre, d'excuser ou d'atténuer son péché! S'il le fait, il est un véritable meurtrier, le meurtrier de tout son troupeau; il peuple les régions de la mort; il est l'instrument de choix du prince des ténèbres. Quand il quitte ce monde, «le sépulcre profond s'émeut, pour aller au-devant de lui à sa venue;» car il ne peut tomber dans l'abîme sans entraîner avec lui toute une multitude dans la perdition.

Ensuite viennent ces hommes d'un bon naturel, qui vivent à leur aise sans faire de mal à personne, ne faisant cas ni du péché extérieur, ni de la sainteté intérieure; hommes qui ne se font remarquer ni d'une manière, ni de l'autre, ni pour la religion, ni pour l'irréligion; réguliers dans leur conduite publique et privée, mais ne prétendant pas se montrer plus stricts que leurs voisins. Un ministre de cette espèce viole non seulement un ou plusieurs des plus petits commandements de Dieu, mais il viole toutes les grandes et importantes prescriptions de la religion qui se rapportent à la force de la piété, toutes celles qui nous ordonnent de «nous conduire avec crainte durant le temps de notre séjour sur la terre,» de «travailler à notre salut avec crainte et tremblement,» d'avoir «nos reins ceints et nos lampes allumées,» de «nous efforcer d'entrer par la porte étroite.» Et il enseigne aux autres à faire de même, par toute la forme de sa vie, et par l'esprit général de ses prédications, dont la tendance uniforme est de bercer dans leur rêve agréable ceux qui s'imaginent être chrétiens et ne le sont pas, et de persuader à tous ceux qui suivent son ministère, qu'ils peuvent dormir et se reposer tranquillement. Après cela, faudra-t-il s'étonner si lui-même et tous ceux qui le suivent, se réveillent ensemble un jour dans les flammes éternelles?

Mais, par-dessus tous et au rang le plus élevé de ces ennemis de l'évangile de Christ, sont ceux qui ouvertement et explicitement «jugent la loi» elle-même et «médisent de la loi,» qui enseignent aux hommes à violer, non pas un seul des plus petits ou des plus grands commandements, mais tous les commandements d'un seul coup ; qui disent sans aucun déguisement, en tout autant de mots : «Qu'est-ce que notre Seigneur a fait de la loi? Il l'a abolie; il n'existe plus qu'un seul devoir, celui de croire. Tous les autres commandements ne conviennent plus à notre temps. Aucun ordre de la loi n'oblige plus personne maintenant à faire un seul pas, à donner un seul sou, à manger ou à se refuser un seul morceau.» C'est là, sans doute, mener les choses rondement; c'est là résister en face au Seigneur et lui dire qu'il n'a pas compris la manière de remplir la mission pour laquelle il a été envoyé. O Seigneur, ne leur impute point ce péché! Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font!

Ce qu'il y a de plus surprenant dans cette étrange illusion, c'est que ceux qui s'y abandonnent, croient réellement honorer Christ en renversant sa loi, et magnifier son office, pendant qu'ils anéantissent sa doctrine! Oui, ils l'honorent tout juste comme le faisait Judas quand «il lui dit : Maître, je te salue, et il le baisa.» Et Il peut bien justement dire aussi à chacun d'eux : «Trahis-tu ainsi le Fils de l'homme par un baiser?» C'est certainement le trahir avec un baiser, que de parler de son sang et de lui arracher sa couronne, de mépriser une partie de sa loi, sous prétexte d'agrandir son évangile. Et personne ne peut échapper à cette accusation, lorsqu'il prêche la foi d'une manière qui tend directement nu indirectement à faire négliger quelque partie de l'obéissance; lorsqu'il prêche Christ de manière à annuler ou à affaiblir en quoi que ce soit le moindre des commandements de Dieu.

Il est impossible, sans doute, d'avoir une trop haute estime pour «la foi des élus de Dieu;» et nous devons tous prêcher : «vous êtes sauvés par la grâce, par la foi; ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.» Nous devons proclamer hautement à tout pécheur qui se repent : «Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé.» Mais, en même temps, nous devons prendre soin de faire savoir à tous les hommes que nous n'apprécions aucune foi, si ce n'est celle qui est agissante par la charité, et que nous ne sommes sauvés par la foi, qu'autant que nous sommes délivrés de la puissance aussi bien que de la condamnation du péché. Et quand nous disons : «Crois et tu seras sauvé;» nous ne voulons pas dire : «Crois et tu ne feras qu'un pas du péché dans le ciel, sans aucune sainteté entre les deux, la foi remplaçant la sainteté,» mais nous voulons dire : «Crois et tu seras saint; crois au Seigneur Jésus et tu recevras à la fois la paix et le pouvoir de faire le bien; tu recevras de Celui en qui tu crois la force nécessaire pour mettre le péché sous tes pieds; la faculté d'aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur et de le servir de toute ta force. Tu obtiendras la puissance de «chercher la gloire, l'honneur et l'immortalité, en persévérant dans les bonnes oeuvres;» tu pourras alors à la fois pratiquer et enseigner tous les commandements de Dieu, depuis le plus petit jusqu'au plus grand. Tu les enseigneras par ta vie aussi bien que par tes paroles, et ainsi tu «seras estimé grand dans le royaume des cieux.»

IV

Quelque autre voie que l'on puisse enseigner pour conduire au royaume du ciel, à la gloire, à l'honneur et à l'immortalité, qu'on l'appelle la voie de la foi on qu'on la désigne par tout autre nom, ce n'est en réalité que la voie de la destruction; elle ne peut procurer la paix à l'homme à la fin. Car, ainsi dit l'Eternel : «Je vous dis que si votre justice ne surpasse celle des Scribes et des Pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux.»

Les Scribes dont il est si souvent question dans le Nouveau Testament, comme étant au nombre des ennemis les plus constants et les plus véhéments de notre Seigneur, n'étaient pas simplement des secrétaires ou des écrivains, comme leur nom pourrait le faire croire. Ce n'étaient pas non plus des hommes de loi, dans le sens ordinaire de ce mot, quoique le mot ait cette signification; leur emploi n'avait aucun rapport avec celui des hommes de foi parmi nous. C'était des lois de Dieu qu'ils s'occupaient et non de celles des hommes. Ces lois étaient l'objet de leurs études; leur affaire propre et spéciale, c'était de lire et d'expliquer la loi et tes prophètes, particulièrement dans les synagogues. Ils étaient les prédicateurs ordinaires et établis parmi les Juifs; en sorte qu'en nous attachant au vrai sens de leur nom, nous pourrions les appeler des théologiens. C'étaient en effet des gens qui faisaient de l'étude de la théologie leur profession, et c'était généralement, comme leur nom l'indique littéralement, des hommes de lettres, les hommes les plus marquants pour l'instruction, qui fussent alors dans la nation juive.

Les Pharisiens étaient une secte ou société très ancienne parmi les Juifs ; leur nom vient d'un mot hébreu qui signifie se séparer. Non qu'ils eussent fait aucune séparation formelle, ni aucune division dans l'église nationale; ils ne se distinguaient des autres que par une vie plus stricte, une conduite plus réglée. Ils étaient très zélés pour la loi dans ses plus petits détails, payant la dîme de la menthe, de l'anet et du cumin; aussi étaient-ils tenus en grand honneur parmi tout le peuple et considérés généralement comme les plus saints des hommes.

La plupart des Scribes appartenaient à la secte des Pharisiens. Ainsi saint Paul lui-même, qui avait été élevé pour être Scribe, d'abord à l'université de Tarse et ensuite à Jérusalem, aux pieds de Gamaliel (l'un des plus savants Scribes ou Docteurs de la loi, qu'il y eût alors dans la nation juive), se déclare lui-même devant le conseil «Pharisien, fils de pharisien (Act 23:6),» et devant le roi Agrippa, il dit qu'il a «vécu Pharisien, selon cette secte, qui est la plus exacte de notre religion (Act 26:5).» Le corps entier des Scribes pensait et agissait généralement de concert avec les Pharisiens. De là vient que notre Seigneur les place si souvent ensemble, comme sujets sous beaucoup de rapports, aux mêmes observations de sa part. Dans cet endroit ils semblent réunis, comme étant les plus éminents parmi ceux qui faisaient profession de religion, passant les uns pour les plus savants, les autres pour les plus saints des hommes.

Quelle était réellement «la justice des Scribes et des Pharisiens?» C'est ce qu'il n'est point difficile de déterminer. Notre Seigneur nous en a conservé un tableau authentique, donné de lui-même par l'un d'entre eux, qui est clair et complet, dans la description qu'il nous fait de sa propre justice, et l'on ne peut supposer qu'il ait rien oublié. Ce Pharisien «monta au temple pour prier,» mais il fut tellement absorbé dans la contemplation de ses propres vertus, qu'il oublia l'intention même dans laquelle il était venu. Car il est très remarquable que, à proprement parler, il ne prie point du tout; il dit seulement à Dieu, combien il est sage et bon : «O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis point comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères; ni même aussi comme ce péager. Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède.» Sa justice consistait donc en trois points principaux : premièrement, dit-il, «je ne suis point comme le reste des hommes,» je ne suis ni ravisseur, ni injuste, ni adultère; je ne suis pas même comme ce péager. Secondement, «je jeûne deux fois la semaine;» en troisième lieu, «je donne la dîme de tout ce que je possède.»

«Je ne suis point comme le reste des Hommes.» Ce n'est point certes là une petite chose, tout le monde ne peut pas en dire autant. C'est comme s'il disait : Je ne me laisse point entraîner par le grand torrent de la coutume. Ce n'est point sur la coutume, mais sur la raison que je règle ma vie; non sur les exemples des hommes, mais sur la Parole de Dieu. Je ne suis point adultère, injuste ou ravisseur, quelque communs que soient ces péchés, même parmi ceux qui s'appellent le peuple de Dieu (l'injustice, par exemple, cette espèce d'injustice légale, qui échappe aux punitions de la loi humaine, et qui consiste à profiter de l'ignorance ou de la nécessité des autres, ayant envahi tout le pays); je ne suis pas même comme ce péager, n'étant point coupable d'aucun péché scandaleux; je ne suis point extérieurement pécheur, mais un homme honnête et estimable, irréprochable dans ma vie et ma conduite.

«Je jeûne deux fois la semaine.» Cette déclaration comprend beaucoup plus de choses que nous ne pourrions le penser d'abord. Tous les Pharisiens rigides observaient les jeûnes hebdomadaires, savoir : chaque lundi et chaque jeudi. Le premier de ces jours, ils jeûnaient en mémoire du jour où Moïse avait reçu, suivant leur tradition, les deux tables de pierre écrites par le doigt de Dieu; le second, en mémoire du jour où il les jeta par terre, en voyant le peuple danser autour du veau d'or. Dans ces jours-là, ils ne prenaient absolument aucune nourriture jusqu'à trois heures de l'après midi, heure à laquelle on commençait à offrir le sacrifice du soir dans le temple. Jusqu'à cette heure, ils avaient l'habitude de demeurer dans le temple, dans quelqu'une de ses chambres ou de ses cours, afin d'être prêts à assister à tous les sacrifices et à se joindre à toutes les prières. Le temps intermédiaire était employé par eux, soit à des prières particulières, soit à la lecture de la loi et des Prophètes, à la méditation des Ecritures. Tout cela est compris dans cette déclaration : «Je jeûne deux fois la semaine,» ce qui forme la deuxième branche de la justice d'un Pharisien.

«Je donne la dîme de tout ce que je possède.» C'est ce que faisaient les Pharisiens avec la plus scrupuleuse exactitude, sans en excepter les choses de la moindre valeur, pas même la menthe, l'anet et le cumin. Ils n'auraient pas voulu garder la moindre partie de ce qu'ils croyaient appartenir proprement à Dieu; mais ils donnaient une dîme complète de tout leur revenu annuel et de tous leurs gains, quels qu'ils fussent.

Et même, les Pharisiens les plus scrupuleux, comme font souvent fait remarquer les savants les plus versés dans les anciens écrits des Juifs, non contents de donner un dixième de leur fortune à Dieu dans la personne de ses prêtres et de ses lévites, lui donnaient un autre dixième dans la personne de ses pauvres, et cela d'une manière régulière et constante; ils donnaient en aumônes la même proportion de leurs biens qu'ils avaient coutume de donner en dîmes : ils y mettaient la même rigoureuse exactitude, afin de ne garder aucune partie de ce qu'ils croyaient appartenir à l'Eternel, mais de lui rendre pleinement ce qui était à lui. De sorte qu'au bout du compte, ils donnaient, chaque année, le cinquième de tout ce qu'ils possédaient.

Telle était «la justice des Scribes et des Pharisiens,» justice qui s'étendait, sous beaucoup de rapports, beaucoup plus loin qu'on n'a coutume de se l'imaginer. Mais peut-être dira-t-on : «Ce n'était que fausseté et apparence, ils n'étaient qu'une troupe d'hypocrites.» Sans doute cela est vrai de quelques-uns d'entre eux; dans leur nombre se trouvaient des hommes n'ayant aucune religion réelle, ni crainte de Dieu, ni désir de lui plaire; ne s'inquiétant nullement de l'honneur qui vient de Dieu, mais uniquement des louanges des hommes Ce sont ceux-là que notre Seigneur condamne et censure avec tant de sévérité, dans plusieurs occasions. Mais il ne faut point supposer que, parce que quelques Pharisiens étaient hypocrites, tous le fussent; et même l'hypocrisie n'est nullement essentielle au caractère d'un Pharisien. Ce n'est pas là la marque distinctive de leur secte; la voici plutôt, d'après ce qu'en dit notre Seigneur lui-même : «Ils présumaient d'eux-mêmes comme s'ils étaient justes, et méprisaient les autres.» Voilà leur sceau particulier. Mais le Pharisien de ce caractère ne peut être un hypocrite; il doit être sincère, dans le sens ordinaire de ce mot, autrement il ne saurait «présumer de lui-même qu'il est juste.» L'homme qui se recommandait ainsi lui-même à Dieu, se croyait incontestablement juste; ce n'était donc, point un hypocrite, il n'avait point la conscience en lui-même d'aucun manque de sincérité. Il disait à Dieu, tout juste ce qu'il pensait : qu'il était de beaucoup meilleur que le reste des hommes.

Mais à défaut de tout autre exemple, celui de saint Paul serait suffisant pour mettre ceci hors de doute. Il pouvait non seulement dire, après être devenu chrétien «Je travaille à avoir toujours la conscience sans reproche, devant Dieu et devant les hommes;» mais, même en parlant du temps où il était Pharisien «Mes frères, j'ai vécu jusqu'à présent devant Dieu en bonne conscience.» Il était donc sincère pendant qu'il était Pharisien, aussi bien que lorsqu'il fut devenu chrétien. Il n'était pas plus hypocrite quand il persécutait l'Eglise, que lorsqu'il prêchait la foi qu'il s'efforçait jadis de détruire. Ajoutons donc à la «justice des Scribes et des Pharisiens, la croyance sincère qu'ils avaient en eux-mêmes d'être justes et de «rendre service à Dieu» en toutes choses.

Et cependant, dit le Seigneur : «Si votre justice ne surpasse celle des Scribes et des Pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux.» Solennelle et importante déclaration, qu'il convient à tous ceux qui sont appelés du nom de Christ, de considérer avec une sérieuse et profonde attention! Mais avant d'examiner comment notre justice peut surpasser celle des Pharisiens et des Scribes, voyons d'abord si nous atteignons maintenant cette justice.

Et d'abord, un Pharisien n'était pas «comme le reste des hommes;» extérieurement il était remarquablement bon. Le sommes-nous aussi? Osons-nous nous faire remarquer en quoi que ce soit? ou plutôt ne nageons-nous pas avec le courant? Ne nous arrive-t-il pas souvent de nous dispenser à la fois des règles de la religion et de celles mêmes de la raison, parce que nous ne voulons pas paraître singuliers? N'avons-nous pas souvent plus de peur d'être hors de la mode que hors du chemin du salut? Avons-nous le courage de remonter le courant des idées mondaines, et de marcher à l'encontre du monde? d'obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes? Sans cela, le Pharisien nous laisse bien loin derrière lui dès le premier pas, et ce sera bien si nous parvenons à l'atteindre du tout.

Mais continuons : pouvons-nous dire à Dieu comme lui : «Je ne fais point de mal; je ne vis dans aucun péché extérieur; je ne fais aucune chose en laquelle mon coeur me condamne?» Le pouvez-vous? en êtes-vous bien sûrs? N'avez-vous aucune habitude que votre coeur condamne? Si vous n'êtes ni adultère, ni impudique, soit en paroles, soit en actions, n'êtes-vous point injuste? La grande règle de la justice, comme de la miséricorde, est celle-ci : «Faites aux autres comme vous voudriez qu'ils vous fissent.» Suivez-vous cette règle? Ne faites-vous jamais à autrui ce que vous ne voudriez pas qui vous fût fait? Et même, n'êtes-vous point grossièrement injuste? N'usez-vous point d'extorsion? Ne profitez-vous point de l'ignorance ou de la nécessité des autres, soit en vendant, soit en achetant? Si vous êtes dans le commerce, ne demandez-vous, ne recevez-vous que la valeur réelle de ce que vous vendez? Ne demandez-vous, ne recevez-vous rien de plus de l'ignorant, que de celui qui est au courant des choses, d'un petit enfant, que de celui qui a l'expérience du commerce? Si vous le faites, pourquoi votre coeur ne vous condamne-t-il point? Ce n'est là qu'une pure et simple extorsion! Ne demandez-vous que le prix ordinaire des marchandises à celui qui en a un besoin pressant, à qui il faut, sans le moindre délai, les objets que seul vous pouvez lui fournir? Si vous faites autrement, c'est encore une vraie extorsion, et il est clair que vous n'arriverez point à la justice d'un Pharisien.

Secondement, un Pharisien, pour approprier le sens de ses paroles à nos usages, usait de tous les moyens de grâce. De même qu'il jeûnait souvent deux fois la semaine, de même il assistait à tous les sacrifices; il était assidu aux prières publiques et particulières, à la lecture et à l'ouïe des Ecritures. Allez-vous jusque-là? Jeûnez-vous souvent et, beaucoup? Deux fois par semaine? J'ai bien peur que non. Au moins une fois alors? «Tous les vendredis de l'année?» comme l'enjoint clairement et péremptoirement notre Eglise (anglicane) à tous ses membres. Jeûnez-vous deux fois par an? J'ai bien peur encore que beaucoup d'entre vous ne puissent pas même l'affirmer. Ne négligez-vous aucune occasion d'assister et de participer à la sainte Cène? Combien n'y en a-t-il pas qui se disent chrétiens, et qui cependant négligent complètement ce devoir, et ne mangent point de ce pain, ne boivent point de cette coupe, pendant des mois, peut-être pendant des années entières! Avez-vous l'habitude, chaque jour, d'entendre les Ecritures, ou de les lire et de les méditer? Vous joignez-vous en prières avec tout le troupeau, chaque jour, si vous en avez occasion; sinon, chaque fois que cela vous est possible; particulièrement le jour que vous devez vous souvenir de sanctifier ? Cherchez-vous à faire naître les occasions de vous unir aux prières de l'Eglise? Vous réjouissez-vous quand on vous dit : «Nous irons à la maison de l'Eternel?» Etes-vous zélés pour la prière secrète? Ne laissez-vous jamais passer un jour sans vous y livrer?

Ou plutôt n'y en a-t-il point parmi vous, qui loin d'y consacrer, comme le Pharisien, plusieurs heures par jour, pensez au contraire qu'une heure est bien assez, si ce n'est trop? Consacrez-vous donc une heure par jour, ou par semaine, à prier votre Père qui vous voit dans le secret? ou même, une heure par mois? Avez-vous même passé une heure de suite à prier en particulier, depuis que vous êtes né? Ah! pauvre chrétien! le Pharisien ne s'élèvera-t-il point au jugement contre toi pour te condamner? Sa justice est au-dessus de la tienne, autant que les cieux sont élevés par-dessus la terre !

Le Pharisien, en troisième lieu, payait la dîme de tout ce qu'il possédait, il faisait aussi des aumônes; et avec quelle libéralité! C'était donc, comme nous dirions, un homme qui faisait beaucoup de bien. L'égalons-nous en cela? Qui de nous est aussi abondant que lui en bonnes oeuvres? Qui de nous donne à Dieu la cinquième partie de ses biens, tant du capital que des profits? Qui de nous sur cent livres par an, je suppose, en donne vingt à Dieu et aux pauvres, sur cinquante, dix et ainsi de suite en proportion de son revenu, suivant qu'il est plus grand ou plus petit? Quand donc, dans l'usage de tous les moyens de grâce, dans l'observation de toutes les ordonnances de Dieu, dans le renoncement au mal et dans le bien, quand notre justice égalera-t-elle enfin la justice des Scribes et des Pharisiens?

Et à quoi nous servira-t-elle, si elle ne fait même que l'égaler? «Car je vous dis en vérité que si votre justice ne surpasse celle des Scribes et des Pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux.» Mais comment notre justice peut elle surpasser la leur? En quoi la justice chrétienne surpasse-t-elle celle d'un Scribe ou d'un Pharisien? D'abord, en étendue. La plupart des Pharisiens, quelque rigoureusement exacts qu'ils fussent dans l'observation de beaucoup de points de la loi, s'étaient enhardis cependant, par les traditions des anciens, jusqu'à se dispenser d'en observer d'autres tout aussi importants. Ainsi ils étaient extrêmement scrupuleux dans l'observation du quatrième commandement, ils ne voulaient pas même froisser entre leurs mains un épi de blé au jour du sabbat; mais ils n'avaient pas le même respect pour le troisième commandement et ne s'inquiétaient point de jurer légèrement et même faussement. Leur justice n'était donc que partielle, tandis que celle d'un véritable chrétien est universelle. Il n'observe pas une ou plusieurs parties de la loi de Dieu, en négligeant le reste; mais il garde tous ses commandements, il les aime tous, il les estime au-dessus de l'or ou des pierres précieuses.

Il se peut, sans doute, que quelques-uns des Scribes et des Pharisiens s'efforçaient de garder tous les commandements, et étaient, en conséquence, quant à la justice de la loi, c'est-à-dire, suivant la lettre, sans reproche. Mais encore, la justice chrétienne surpasse toute cette justice d'un Scribe ou d'un Pharisien, en ce qu'elle accomplit l'esprit aussi bien que la lettre de la loi, par une obéissance intérieure aussi bien qu'extérieure. Sur ce point de la spiritualité de l'obéissance, il n'y a aucune comparaison à établir entre les deux justices. C'est là ce que notre Seigneur a si amplement prouvé dans toute l'étendue de son discours. Leur justice n'était qu'extérieure, la justice chrétienne existe dans l'homme intérieur. Le Pharisien «nettoyait le dehors de la coupe et du plat,» c'est dans l'intérieur que le chrétien est net. Le Pharisien s'efforçait de se présenter à Dieu avec une vie irréprochable; le chrétien, avec un coeur saint. L'un secouait loin de lui les feuilles et peut-être même les fruits du péché; l'autre met la cognée à la racine, ne se contentant pas de la forme extérieure de la piété, quelque exacte qu'elle soit, à moins que la vie, l'Esprit, la puissance de Dieu pour le salut, ne se fassent sentir jusqu'au fond de l'âme.

Ainsi, ne faire aucun mal, faire du bien, suivre les ordonnances de Dieu, tout cela est extérieur, c'est la justice du Pharisien; tandis que, au contraire, la pauvreté d'esprit, l'affliction, la débonnaireté, la faim et la soif de la justice, l'amour de notre prochain et la pureté du coeur, qui forment la justice du chrétien, sont toutes des dispositions intérieures; et même la recherche de la paix ou la bienfaisance, et la souffrance pour la justice, n'ont droit aux bénédictions qui y sont attachées, qu'autant qu'elles impliquent ces dispositions intérieures, qu'elles en découlent, les exercent et les confirment. En sorte que, tandis que la justice des Scribes et des Pharisiens était tout extérieure, on peut dire, dans un certain sens, que la justice du chrétien est tout intérieure : toutes ses actions et ses souffrances n'étant rien en elles-mêmes, et n'ayant de valeur devant Dieu que par les dispositions dont elles découlent.

Qui que tu sois donc, toi qui portes le nom saint et vénérable de chrétien, prends garde d'abord que ta justice ne soit point au-dessous de la justice des Scribes et des Pharisiens. Ne sois point comme le reste des hommes! Ose être seul; ose, contre l'exemple des autres, être singulier pour le bien. Si tu suis la multitude, ce ne peut être que pour faire le mal. Que la coutume ou la mode ne soient point tes guides, mais bien la raison et la religion. Que t'importe la manière d'agir des autres? «Chacun de nous rendra compte à Dieu pour soi-même.» Certes si tu peux sauver l'âme d'un autre, fais-le; mais au moins sauves-en une, la tienne propre. Ne marche point dans le sentier de la mort, parce qu'il est large et qu'il y en a beaucoup qui le suivent : c'est à ce signe même que tu le reconnaîtras. Le chemin où tu marches maintenant, est-il large, bien fréquenté, est-ce le chemin à la mode? En ce cas, il mène infailliblement à la destruction. Oh! ne te perds point simplement pour avoir de la compagnie! Détourne-toi du mal ; fuis le péché comme tu fuirais un serpent! Au moins, ne fais point de mal. «Celui qui fait le péché est du diable.» Qu'on ne te trouve point au nombre des enfants du démon! Maintenant même la grâce de Dieu te suffit pour te garder des péchés extérieurs. A cet égard au moins «travaille à avoir toujours la conscience sans reproche devant Dieu et devant les hommes.»

Secondement, que ta justice ne reste point au-dessous de la leur, en ce qui concerne les ordonnances de Dieu. Si ton travail ou ta faiblesse corporelle ne te permet point de jeûner deux fois la semaine, cependant agis fidèlement envers ta propre âme et jeûne aussi souvent que ta force te le permettra. Ne perds aucune occasion, soit en public, soit en particulier, de répandre ton âme en prières; de manger de ce pain et de boire de cette coupe, qui est la communion au corps et au sang de Christ. Aie soin de sonder les Ecritures, lis-les autant que tu le peux, et médite-les jour et nuit. Saisis avec joie toute occasion d'entendre «la parole de réconciliation,» annoncée par les «ambassadeurs de Christ,» les «dispensateurs des mystères de Dieu.» En un mot, dans l'usage de tous les moyens de grâce, dans l'observation constante et attentive de toute ordonnance de Dieu, atteins la justice des Scribes et des Pharisiens, au moins jusqu'à ce que tu puisses la surpasser.

En troisième lieu, ne reste point en dessous d'un Pharisien pour faire le bien. Donne l'aumône de tout ce que tu possèdes. Quelqu'un a-t-il faim? donne lui à manger. A-t-il soif? donne lui à boire. Est-il nu? couvre-le d'un vêtement. Si tu possèdes les biens de ce monde, ne limite pas ta bienfaisance à une proportion mesquine. Sois miséricordieux dans toute l'étendue de tes ressources. Pourquoi pas tout autant que le Pharisien? Maintenant, pendant que tu en as le temps, «fais-toi des amis avec les richesses injustes, afin que quand tu viendras à manquer,» quand ton tabernacle terrestre tombera en dissolution, «ils te reçoivent dans les tabernacles éternels.»

Mais n'en reste pas là. Que ta justice surpasse celle des Scribes et des Pharisiens. Ne te contente pas d'observer toute la loi et de ne pécher qu'en un seul point. Attache-toi à tous les commandements et aie en haine toute voie de mensonge. Fais absolument tout ce que Dieu a commandé, et fais-le de toute ta force; tu peux tout par Christ qui te fortifie, quoique sans lui tu ne puisses rien.

Sur toutes choses, que ta justice surpasse celle des Scribes et des Pharisiens, par sa pureté et sa spiritualité. Que t'importent la forme la plus exacte de la religion, la justice extérieure la plus parfaite? Monte plus haut et descends plus bas que tout cela. Que ta religion soit la religion du coeur. Sois pauvre en esprit, petit, bas et méprisable à tes propres yeux; sois étonné et humilié dans la poussière, à la vue de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ, ton Seigneur! Sois sérieux; que tout le courant de tes pensées, de tes paroles et de tes oeuvres, découle évidemment de la conviction la plus profonde que tu es sur le bord de l'abîme de l'éternité, toi et tous les enfants des hommes; que vous êtes tous prêts à être reçus dans la gloire éternelle, ou précipités dans les flammes éternelles! Sois débonnaire, que ton âme soit remplie de douceur, de bonté, de patience, de long support envers tous les hommes. En même temps que tout ce qui est en toi ait soif de Dieu, du Dieu vivant; que ton âme soupire après le moment où tu te réveilleras dans sa justice et où tu seras rassasié de sa ressemblance ! Aime Dieu, aime toute l'humanité, et dans cet esprit, fais et souffre toutes choses. Surpasse ainsi la justice des Scribes et des Pharisiens, et tu seras «appelé grand dans le royaume des cieux.»